Juil 17

imagesCAHDWY4S

Octobre 2013, tel est le mois décisif du congrès du vieux parti de Cote d’Ivoire. Ce congrès vient à point nommer sous des divergences lapidaires des caciques de ce parti dirigé par Henri Konan Bédié depuis 1993, année de disparition de son père fondateur Houphouët Boigny. Avant les élections de 2010, des coups dures et non des moindres ont été donnés çà et là, les uns contre les autres pour le contrôle du parti. Fort conscient du poids de son dauphin et les esprits surchauffés se calmant, le PDCI de Bédié perd lamentablement dans urnes.
Aujourd’hui il devrait en tirer les conséquences et abandonner ce poste eu égard à son état dégradant. Mais que non, Bédié envisage faire comme Boigny et au soir de sa mort, le flambeau sera passé à celui qu’il aura instruit avec soin.
Mais la Cote d’Ivoire brule. Selon Joël Ettien, Journaliste/Producteur, le PDCI à pactiser avec le diable et il lui est difficile de s’en défaire, les maux qui gangrènent le parti ont profondément atteint les Ivoiriens. Une frange partie de ce parti désavoue le sphinx de Daoukro qui lutte que pour son ventre. Cette partie qui se voit déposséder de certains postes stratégiques, ratisse aujourd’hui large pour faire entendre sa voie. La voie du dialogue, de la réconciliation, de la diversité et de la liberté d’opinion, du redressement de niveau de vie de la population ivoirienne dont le ménage a financièrement séché depuis l’avènement des rebelles au pouvoir.
C’est cette partie du PDCI qui pense que le parti s’est incrusté dans le RDR et le RHDP pour devenir un seul corps destructeur, un monstre qui regarde la souffrance de ses compatriotes qui lui parait dérisoire, la destruction de tous les biens précieux, entre autres, la nationalité, le foncier rural, les tueries sur l’ensemble du pays, l’insécurité instrumentalisée, la vengeance, les maux qui gangrènent les ivoiriens sont de tailles.
C’est cette partie qui a finalement comprit le combat historique de Laurent Gbagbo contre les envahisseurs et les destructeurs. Mieux, cette partie-là, tremble sur ses positions mais elle a finalement rejoint le FPI dont le combat s’inscrit dans l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens, dans la lutte de l’indépendance totale du pays, entendre par là, la non dépendance de la Cote d’Ivoire vis-à-vis des pays étrangers de quelque manière que ce soit.
Le combat de cette partie du PDCI là, doit porter au soir du congrès d’Octobre 2013. Car déjà, les initiés l’ont vu juste et se serrent les rings car la Cote d’Ivoire va allégrement vers le gouffre. Richard Kodjo, SG du FPI avait déjà levé le ton en disant qu’on ne les laissera pas faire un parti unique. Aujourd’hui c’est le samaritain PDCI qui voit dans des actes de Bédié une manœuvre dilatoire, une corruption sans vergogne aux fins d’asservir le peuple Ivoirien en ne présentant pas de candidat aux élections de 2015. Les angles sont visualisés et le combat a commencé.
Le PDCI du diable abattra définitivement la Cote d’Ivoire s’il gagne le congrès de 2013. Car rien au monde n’empêchera Bédié de plus belle ventre son âme au diable. Pour ses intérêts personnels, il n’avait pas hésité de vouloir faire de Daoukro une nième capitale du pays en construisant des châteaux à cout de milliards alors le peuple est affamé. Lui, qui respire que de l’argent, a passé tout son temps à voler et vider les caisses de l’Etat sous son règne de Ministre de l’économie. Bédié Henri le père de l’Ivoirité, a détourné 24,8 millions $ d’aide européenne à la santé, en envoyant à une mort certaine des milliers de sidéens.
Et c’est encore Bédié, qui a détourné l’argent de l’ONU, destiné aux jeunes soldats Ivoiriens, pour leur participation au maintien de l’ordre en république Centrafricaine, ce qui lui a valu, le coup d’état bien entretenu par Dramane Ouattara qu’il appelle aujourd’hui ange ; ce Bédié a le culot de faire croire à ses sbires d’être donneur de leçon de grand bâtisseur.
Un audit de ses comptes a révélé l’existence de 3 à 4 millions de dollars. Ces affaires et d’autres, ont ouvert des brèches dans l’hermétique système bancaire suisse. Des hommes politiques et des ONG ont élevé la voix pour dénoncer la collision entre banques et dirigeants véreux d’Afrique et d’ailleurs.
Cet homme-là, n’est pas digne. Il liera le corps et l’âme du PDCI et le jettera dans la gueule du diable (tant pis s’il est pour un ange) s’il venait à être élu.
C’est pourquoi, le samaritain PDCI doit être soutenu et doit gagner. Il n’hésitera pas à saisir la main tendue du FPI qui reste aujourd’hui le seul espoir des Ivoiriens.
C’est le lieu d’appeler tout ivoirien de tout bord à se lever pour soutenir le samaritain PDCI. Sa victoire sera celle des Ivoiriens et mettra fin aux cauchemars qu’ils vivent depuis le 11 Avril 2011.

Alain BENIE BI

écrit par ALAIN BENIE BI \\ tags: , , , , , , ,

Juil 07

CC_hotspots_guerres

Le dégoût de l’humaniste ‘’ des saints’’ que je ressens est un terrible et indescriptible cauchemar tant la vie humaine tout comme des produits sortis des usines ont la même valeur en consommation. Tout compte faire, la moelle grise sadique de ceux-là-même ne se résume qu’à l’amassement des fortunes dans les restes des autres. Mais la fortune, on a bien cru qu’elle construisait avec des produits de bien et de consommation consommés par l’être humain. Si l’être humain lui-même est un produit de bien et de consommation par un autre groupe d’hommes, c’en est parti pour la barbarie et à dieu l’humanisme.
Des positions géostratégiques sont bien ciblées entre des intervalles du sniper et elles ne tarderont pas à faire des milliers de millions de victimes, bien sûr quand on se rempli les caisses mafieuses.
Quelles peuvent être des raisons de telles bavures humaines ? Les considérations économique, ethnique, géopolitique sont de prime abord perceptibles avec les nouveaux besoins, des puissances déstabilisent les pays qui ne répondent pas aux nouvelles critères de la mondialisation et la liste est grande. C’est simple, là où se trouvent des richesses (pétrole, eau, minerais…) des guerres sont fomentées par les puissants de ce monde.
Ce qui se cache derrière ces guerres comme derrière toutes les autres, d’ailleurs (la guerre du Golfe, le Kosovo, le Rwanda, la Palestine occupée, de Cote d’Ivoire, de Libye), ce sont des intérêts économiques et des enjeux géostratégiques.
Hélas la guerre fait des fortunes et des victimes et les auteurs sont des saints.
Pour se faire une idée du prix total de la guerre, il faut prendre en compte le coût d’un soldat en opération qui gagne 50% de plus en mission, sachant qu’un militaire français est payé au SMIC. Le coût de fonctionnement du matériel : on sait, par exemple, que l’heure de vol d’un Rafale était estimée à 26 800 euros en 2010, selon. Le coût horaire d’un Mirage 2 000 à 11 700 euros. Celui d’un hélicoptère Tigre à 25 100 euros, contre 2 600 euros seulement pour un Gazelle (ndlr rfi.com).
A commencer par la grande France qui par sa présence en Afghanistan, a coûté plus de 632 millions de dollars en 2012, soit 1,8 millions de dollars par jour. En Libye, elle a officiellement annoncé près de 600 millions de dollars de dépenses engagées. Au Mali 385 millions de dollars le coût de l’opération soit 0,5 millions de dollars par jour. En Syrie elle dépense 15 millions de dollars tandis qu’en Côte d’Ivoire son dernier coup était estimé à 513 millions de dollars.
Ensuite les USA, comptant sur leur suprématie mondiale dépensent en Afghanistan deux milliards de dollars par semaine. Environ 1 milliard dollars en Lybie par semaine soit 4 milliards et cela durant 6 mois plus le gel des avoirs libyens évalués à plus de 30 milliards de dollars versé aux rebelles. En Syrie ils versent 30 millions de dollars pour l’aide humanitaire et pas moins de 15 millions de dollars destinés à l’opposition civile.
En Libye, Londres estimait les siennes autour des 415 millions de dollars avant que des experts de la Défense royale ne parlent de près de 2 milliards de dollars. La guerre en Afghanistan, coute à chaque famille anglaise 3000 dollars soit 55 milliards de dollars engloutis dans le massacre des vies humaines.
En Syrie des pays comme l’Italie (513 millions de dollars aux rebelles sous forme de prêts et de carburant), le Koweït (162 millions de dollars), l’Arabie saoudite et le Qatar dépensent pour leur part des millions de dollars chaque mois pour soutenir la rébellion. Loin derrière se trouvent l’Espagne ainsi que quelques monarchies du Golfe dont on ne connaît pas vraiment le montant de la participation.
Plusieurs sources font cependant état de plusieurs armes de guerre utilisées : missions aériennes avec des hélicoptères, de logistique de surveillance (drones) et d’attaque (Missiles Hellfire). Environ 8.000 raids aériens, et une estimation de 4 bombes lancées par attaque, l’OTAN a largué plus de 30.000 bombes sur la Libye. Ca fait pratiquement 200 bombes par jour pendant 6 mois, soit des dizaines de milliers de tonnes d’explosifs puissants. Avec une estimation de 2 Libyens tués par bombe et aucune victime du côté de l’OTAN, les régimes occidentaux ont massacré environ 60.000 Libyens au cours de cette guerre de colonisation. Une sacrée mission.
Au Soudan 300 000 morts et 2,7 millions de déplacés dont 230 000 réfugiés,
Syrie 800 000 morts et 2,8 millions de déplacés dont 500 000 réfugiés. Afghanistan plus de 700 000 morts et plus de 25 millions de personnes restent déplacées dans le pays.
Cote d’Ivoire l’ensemble des victimes de la crise post-électorale de 2011 à plutôt le chiffre entre 18000 et 20000 morts pour l’ensemble de la Côte d’ivoire.
Le bilan financier est sauvagement lourd. Il se situe entre 1000 et 2000 milliards de dollars par an. Cette somme a servi à tuer 2000000 à 4000000 civiles et 50 millions à 80 millions de déplacés et de réfugiés.
Quelle est donc la valeur humaine ? Pourquoi vivons-nous sur terre ?

Alain BENIE BI

écrit par ALAIN BENIE BI \\ tags: , , , , , , , ,